Psychologie

Gérer les périodes de pertes

Publié le par @bpdtrading

 

Avoir formé et accompagné des centaines de traders au quotidien, dont certains poursuivent aujourd'hui de belles carrières dans de prestigieux fonds, donne un certain recul. Et parmi les nombreuses difficultés que rencontrent les traders, on trouve nécessairement "la mauvaise passe". Celle où tout va mal, celle où tout ce qui marchait si bien hier, ne marche plus aujourd'hui. Tous l'ont connu, moi aussi. Toujours amusant de voir l'arrogance de certains à hurler à leur génie. Le performance n'est pas vociférée, elle se démontre dans le temps, années après années, calmement, avec maîtrise, et pas en quelques trades ou en quelques mois.  

Il faut savoir rester humble et modeste dans ce métier,  ne pas crier trop fort, et apprendre à durer (au bout de vingt ans, on commence à avoir un peu de métier). Cela permet de se remettre en question, de s'entourer des bonnes personnes et de se débarrasser des poids qui nuisent à notre performance, mais cela doit surtout nous interroger sur ce phénomène de "mauvaise passe", si proche de celui que connaisse les grands sportifs.

Première erreur : rejeter la faute sur l'extérieur.

Après des années de succès, il est facile de croire que l'on est devenu intouchable. La faute peut venir de son entourage, d'une manière différente de travailler, d'un contexte de marché différent, mais qu'elle que soit la raison extérieure à la dégradation de la performance, le trader doit accepter d'assumer pleinement et totalement ses résultats. Rejeter la faute sur un élément extérieur est une première forme de déni qui ne permettra pas la remise en cause nécessaire pour retrouver la voie de la performance. Personnellement, je sais qu'à chaque fois que je me suis entouré de personnes "inadaptés" aux marchés financiers, inadapté à ma personnalité et à ma manière de travailler, mes résultats et ma performance globale ont été très en dessous de ce que je pouvais faire. Aujourd'hui, je prête une attention toute particulière aux personnes avec qui je travaille et je m'assure qu'ils ne viendront pas interférer de manière négative avec mon appréhension du métier de gérant.

Deuxième erreur : croire que l'on va retrouver des résultats sans éradiquer les causes profondes de la crise.

Il est crucial de remonter aux sources du problème (entourage, modification dans la manière d'aborder les marchés, dans le style employé, dans la gestion du risque, dans les stratégies, inadéquation entre les stratégies et le comportement du marché, problèmes personnels...). La liste est longue. Tant que l'on aura pas mis le doigt sur la cause profonde du mal, le risque est de sombrer doucement et de ne plus savoir comment faire pour rebondir. Tiger Woods a perdu son golf suite à des problèmes physiques et des problèmes médiatiques. Il cherche encore à rebondir.

Troisième erreur : Croire qu'identifier la cause principale règle tout.

Ne pas bouger c'est reculer dans ce métier. C'est comme au rugby que j'ai longtemps pratiqué avant de poser les crampons pour les souris. Si tu attends, tu es sît de te faire démonter. Il faut toujours avoir l'humilité et le courage de vouloir apprendre et se remettre en cause. Il faudra donc tirer des leçons de cette mauvaise passe, l'assumer totalement, et mettre en place les outils de contrôle interne, des avertisseurs, pour ne plus avoir à la subir. Identifier le problème ne suffit pas, le régler n'est que le premier pas vers un retour à la normale. 

En résumé, un trader n'est jamais arrivé. Les succès d'hier ne sont jamais les gages de succès de demain. Seule une attention de tous les instants permet de rester performant sur la durée et de gagner sur les marchés, années après années.

Bon trading à tous.

@bpdtrading

http://www.bpdtrading.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau